#STRONGTOGETHER

#StrongTogether est le dispositif mis en place par la Région et ses partenaires depuis le 15 mars 2020
pour gérer la crise sanitaire et la relance économique de la filière Tourisme en Grand Est.

Plus d'infos
Publié le

Tourisme de Bien-être

Interview

Manuela Peschmann – Sophrologie et Thérapie forestière
Laetitia Redel – Naturez-soi

l-redel-m-peschmann

Bonjour à toutes les deux, pouvez-vous nous présenter en quelques mots votre projet ?
Laetitia Redel
 (L.R) : j’ai fondé mon entreprise Naturez-Soi en 2019. Mon objectif à travers cette activité est de permettre aux gens de retrouver les bienfaits de la nature. Pour ce faire, je propose différentes approches du bien-être : sylvothérapie, gestion des émotions, alimentation, huiles essentielles, etc.).
Manuela Peschmann (M.P) : je pratique mon activité depuis 2009 et j’ai créé mon entreprise en 2014. Il s’agissait d’abord d’une activité autour de la sophrologie, et la thérapie forestière a peu à peu pris plus de place. Mon entreprise réunit la sophrologie et la thérapie forestière ; les deux sont intimement liés dans ma pratique et ma perception : lorsque j’accompagne des bains de forêt, j’intègre des exercices de sophrologie (pleine conscience, respiration, etc.) pour que les participant.e.s soient dans un état d’esprit plus conscient et plus respectueux.

Comment est née l’idée? Quelle est l’origine du projet ? Comment avez vous repéré cette tendance?
(L.R) : Ce qui a guidé mes études puis ma vie professionnelle, c’est d’aider les gens à aller mieux. J’ai donc commencé par des études de biologie et bio-médecine, puis j’ai travaillé dans la recherche, dans l’industrie pharmaceutique (dans un entreprise écologique) ; tout ce parcours m’a ouvert les yeux et l’esprit. En parallèle, j’ai toujours eu une connexion particulière à la nature et plus particulièrement à la forêt – j’ai grandi dans un petit village et la forêt était mon terrain de jeu ! Tout ça mis bout à bout m’a menée à vivre de ma passion et à en faire une force que je partage aujourd’hui avec mes client.e.s !
(M.P) : A l’origine, j’étais professeure de biologie… je suis arrivée à mon nouveau métier de manière assez naturelle et instinctive. Je dirais que 3 facteurs m’ont amenée là où je suis aujourd’hui : ma proximité avec la nature et la forêt, qui ont toujours fait partie de moi ; mes études de biologie pour devenir enseignante et transmettre ce goût de la nature ; la découverte de la sophrologie en 2007, suite à une recommandation de mon médecin… À ce moment-là, je me suis vite aperçue que la sophrologie changeait mon quotidien, je regagnais en espoir, en confiance. J’ai donc décidé de me former et j’ai intégré une école de sophrologie pendant 2 ans. Dès le début de ma pratique, j’ai commencé à pratiquer en forêt et je me suis rendue compte que ça changeait tout ! Être dans un état de conscience modifiée permettait de percevoir l’environnement autrement, passer d’une perception scientifique à une perception sensorielle, sans le mental, sans la réflexion. J’ai donc proposé cette pratique à mes stagiaires, et petit à petit, le projet est devenu une balade méditative pour entrer en résonance avec le milieu naturel.
À partir de 2015, on a commencé à médiatiser la pratique des bains de forêt, et c’est là que je me suis aperçue que ce que je faisais entrait totalement là-dedans ! Pour ma part, ça fait 2 ans que je les appelle “bains de forêt”, c’est ce qui parle et ça me plait : on se baigne, on s’immerge, on se met en lien avec la forêt.

Pouvez-vous nous dire en quoi votre offre est plus tendance que les autres ?
(L.R) : Je ne sais pas si elle est plus tendance que d’autres, mais elle me ressemble en tout cas ! Je n’ai pas cherché à rentrer dans une tendance en créant mon entreprise, mais à répondre à ce qui m’anime depuis toujours… J’ai toujours essayé de rester centrée sur ce qui m’anime, sans faire de “veille” sur ce qui est tendance ou pas… et aujourd’hui, je fais simplement ce que j’aime et je m’écoute pour créer de nouveaux produits que j’aurai plaisir à partager ! Avant 2019, je ne connaissais même pas le mot “sylvothérapie” ; je l’ai découvert – avec l’engouement autour de ces pratiques – au moment où j’ai commencé à me documenter et à me former à ce que je voulais faire (à savoir, guider des personnes en forêt pour leur faire (re)découvrir les bienfaits de la nature).
Par ailleurs, cette discipline est très personnelle et chaque guide/animateur.rice apporte quelque chose de différent. Pour ma part, j’ai choisi l’approche énergétique de la forêt ; celle qui dit que chaque élément à un esprit et sa propre énergie – positive ou négative. Chaque essence d’arbre a ses propres bienfaits, et je n’amène pas une personne qui manque de confiance en soi auprès de la même essence qu’une personne en mal d’amour.
(M.P) : Le métier n’est pas cadré du tout, beaucoup de gens veulent se lancer, mais il ne faut pas oublier le côté très “personnel”, très ancré de cette activité. Il faut que les gens qui pratiquent et qui encadrent aient une conviction. Pour ma part, c’est quelque chose de très viscéral. Aujourd’hui, je forme des gens à ces méthodes, pour transmettre ma conviction. Il existe différentes formes de sylvothérapie et j’invite les gens à trouver leur propre vision. Je propose des outils et chacun expérimente par soi-même pour trouver sa propre voie. Il y a un effet mode autour des bains de forêt, et c’est très bien – l’appel de la forêt chez tout être humain, c’est le mode “survie” qui se met en route. Envie : que chacun ressorte avec l’envie d’aller plus loin, que ce soit un déclic sur “qu’est ce que je fais, comment je consomme” ? Guider les gens, sans les enfermer, les écouter. Pas d’artifice, pas de matériel, c’est l’émotion qui fixe l’expérience ! Reconductible en toute autonomie.

Comment avez fait pour construire ce projet? Quels partenaires avez-vous mobilisés ?
(L.R) : la 1ère étape à été de me former à l’accueil de groupes et d’individuels.
Au cours de ces formations, j’ai rencontré des personnes très impliquées dans le bien-être, et notamment une personne d’Alsace Destination Tourisme, qui m’a très vite mise en relation avec l’office de tourisme de mon secteur (OT Mossig & Vignoble). Et puisque le hasard fait bien les choses, ces rencontres ont eu lieu au moment où l’OT dessinait le positionnement de son territoire autour de la nature et ses bienfaits !
(M.P) : Au départ, j’étais très seule dans cette aventure : je faisais un programme, j’éditais des flyers et les distribuais. Mon premier relais a été le magazine Carnets du Parc du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord (PNRVN) : il s’agissait d’une sortie organisée avec une association, et ce sont eux qui l’ont mise dans les Carnets. Ensuite, j’ai poussé les portes de l’OT de La Petite Pierre, du PNRVN, puis de la Région Alsace en répondant à l’appel à projets écotourisme en 2016.
J’ai également travaillé un moment avec un hôtel de La Petite Pierre, qui proposait mon activité à ses clients en séjour. Mais les conditions n’étaient pas évidentes : le créneau d’intervention était d’une heure, pas plus, et les groupes étaient très hétérogènes (langues, nombre de visiteurs, etc.). Je devais me réadapter à chaque fois !  Avec l’expérience, je réarrange selon le public. On n’agit pas de la même manière avec un couple qu’avec 10 personnes qui ne se connaissent pas, et qui papotent ! Il faut apprendre à créer un lien – surtout quand les gens ne sont pas en cohérence.

Comment avez-vous testé votre concept ? Comment l’avez-vous validé ?
(L.R) : les premières sorties que j’ai animées, j’ai fait un appel à volontaires pour me suivre. Je leur offrais la sortie en échange de leurs retours et commentaires objectifs, pour m’aider à améliorer mon concept et à faire mûrir mes parcours.
(M.P) : je me suis de suite lancée avec des groupes de visiteurs curieux, un projet au départ très cadré et très axé sophro en milieu extérieur et au fur et à mesure, ça s’est transformé en bain de forêt. J’ai adapté en fonction des remarques des premiers clients, sans changer ma façon de faire, mon état d’esprit et mes convictions. Je m’adapte, mais il faut que ma sortie continue de me ressembler.

Quels sont les retours de vos clients? Quelle plus-value en tirez-vous ?
(L.R) : Aujourd’hui, mes clients sont majoritairement des clientes ! Ce sont des personnes souvent sensibilisées au sujet du bien-être, qui viennent tester d’autres approches ; où des personnes intéressées par les plantes, pour qui la sylvothérapie et l’approche “bien-être” est un bonus ! Les deux portes d’entrée sont faisables sur mes produits ! Les retours clients sont toujours très positifs et enthousiastes et c’est très gratifiant. Le meilleur des retours, ce sont les clients réguliers qui reviennent plusieurs pour vivre à chaque fois une expérience différente et qui en parlent autour d’eux ! J’adore aussi voir leurs yeux qui pétillent et leurs âmes d’enfants qui se révèlent à travers leurs sourires et leurs larmes de joie !
(M.P) : J’aménage toujours un temps d’échange pour un retour à chaud le jour même. Les retours sont toujours très positifs car les gens ont vécu un moment différent, qui leur a permis d’exprimer quelque chose. Ce sont toujours des retours bienveillants et les participant.e.s partagent toujours des sentiments constructifs (des sentiments de confiance, de gratitude, d’émerveillement, etc.). D’autres retours à froid, par mail, ou sur Facebook, m’arrivent parfois des mois plus tard. Les meilleurs retours, c’est lorsque les gens reviennent avec quelqu’un d’autre pour faire découvrir mon activité et lorsque je vois que ma sortie a eu un véritable impact, que ça a marqué la personne, qu’elle s’est autorisée à vivre un moment et qu’elle a lâché prise pour le vivre pleinement.

Quel bilan dressez-vous aujourd’hui de ce projet ? Comment vit votre concept aujourd’hui ?
(L.R) : Je suis contente d’avoir écouté ce qui m’anime depuis longtemps pour le partager aujourd’hui avec mes clients. Je poursuis mon partenariat avec l’office de tourisme pour monter de nouveaux produits – et notamment des produits associant vigne et bien-être, puisque nous sommes sur la Route des Vins d’Alsace. Je mûris également un autre projet : proposer mes activités aux entreprises en tant que sorties d’équipes. La forêt peut se prêter à de nombreux exercices collectifs de cohésion d’équipe, dans un cadre naturel et bienveillant. Par ailleurs, à partir de cette année, je propose des stages de plusieurs jours permettant de prolonger l’expérience et de retrouver sa place, sa nature !
(M.P) : Aujourd’hui, j’en suis à une phase où j’ai envie de plus transmettre. J’ai commencé il y a deux ans à faire des conférences et des présentations pour expliquer (j’invite souvent les partenaires à découvrir l’expérience ; je fais beaucoup de choses comme ça, des présentations, notamment à l’ONF, ou à des étudiant.e.s en tourisme à  l’Université de Strasbourg). J’aimerais aussi continuer les formations – en toute humilité. Cette année, je propose des activités encore plus profondes (week end « digital detox », immersions silencieuses) et ai reprogrammé les nuits en forêt suite à l’intérêt grandissant pour les bains de forêt nocturnes.

 

 

Pour en savoir plus sur les activités de Manuela et Laetitia :

> Manuela Peschmann
> Laetitia Redel

1 Commentaire

Poster un commentaire
Avatar de BERNEZ Philippe
BERNEZ Philippe

Bonjour,
Christophe LEROUGE m’a transmis votre info.
C’est très intéressant car nous travaillons le projet d’accompagner les Stations Vertes du Massif des Vosges sur la dimension « santé et bien-être »
J’avais eu l’occasion de diffusion un flyer de Manuela PESCHMANN lors du salon SITV 2019
Cordialement

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contacter
name function