TOURISME & COVID-19 : CELLULE D'INFORMATIONS

Actions, veille sur le #COV19 & le #tourisme, informations du ministère, vols aériens, restrictions... retrouvez tous les détails sur notre cellule d'informations.

Plus d'infos
Publié le

Les visites décalées

Interview

Clémence Pornon, guide chez Cybèle, visites guidées insolites à Lyon

19-03-clemencepornon

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots votre projet ?
Clémence Pornon – Cybèle : Raconter l’histoire de Lyon et des Lyonnais avec émotion ; faire passer l’émotion par le format de la visite, inspiré des différentes formes artistiques : théâtre, cinéma, conte, marionnettes, etc. L’objectif est de transmettre l’émotion de la ville !

Comment est née l’idée ? Quelle est l’origine du projet ? Comment avez vous repéré cette tendance ?
Clémence Pornon – Cybèle : L’idée n’est pas née subitement – je pense que c’est un mythe de storytelling cette notion de naissance de LA bonne idée. Dans notre cas, le concept s’est construit très progressivement. On a débuté par des visites guidées dans lesquelles on ajoutait de-ci de-là des moments artistiques – mais ça n’a pas fonctionné, c’était trop élitiste.
Progressivement, à force d’essais et d’ajustements, on a cessé de juxtaposer visite et moments artistiques pour arriver aujourd’hui à deux types de produits : la visite contée et la visite théâtralisée.
Dans la visite contée, on raconte l’histoire d’un ou plusieurs héros tout au long du parcours ; dans la visite théâtralisée, on incarne un ou plusieurs personnage(s).

Pouvez-vous nous dire en quoi votre offre est plus tendance que les  autres ?
Clémence Pornon – Cybèle : Nous n’avons pas du tout réfléchi notre concept dans l’objectif de répondre à une tendance ! On a créé ça avec ce qu’on est, ce qu’on aime et ce qu’on a envie de faire ! On s’ennuyait dans le moule du guide-conférencier, et on en est sorti petit à petit pour arriver où nous en sommes aujourd’hui.
D’ailleurs, à bien y regarder, on n’est pas dans la tendance sur un certain nombre de chose ! Ce qui illustre ce côté à contre-courant par exemple, c’est notre échange avec AirBnB, qui nous a contactés pour intégrer leurs expériences lyonnaises. Eux nous démarchaient en insistant sur la rencontre avec les Lyonnais, l’échange avec l’habitant, etc., ce à quoi je leur ai répondu que nous ne sommes pas du tout sur leur créneau puisque bien au contraire, nous nous effaçons complètement lors de nos visites au profit de nos personnages ou de nos héros ! Nous ne jouons pas sur la corde “Lyon par les Lyonnais”, bien au contraire !

Comment avez fait pour construire ce projet ? Quels partenaires avez vous mobilisés ?
Clémence Pornon – Cybèle : Pour construire nos visites, nos premiers partenaires sont nos clients, nos visiteurs ! Ce sont eux que nous sollicitons sur des visites test. On ne se plie pas nécessairement à leurs attentes – beaucoup d’entre eux nous demandent par exemple pourquoi nous ne portons pas de costume sur nos visites théâtralisées ! – mais on les écoute attentivement et ils nous aident à nous positionner sur ce que l’on veut ou ce que l’on ne veut pas !
Nous avons aussi bénéficié des retours et des commentaires de professionnels du monde du spectacle qui gravitent autour de nous de manière plus ou moins officielle : des comédiens, des marionnettistes, une conteuse, etc. Tous leurs conseils nous sont précieux et nous permettent d’ajuster nos visites en phase test.
En ce qui concerne la commercialisation de nos visites, nous avons débuté notre aventure dans un espace de coworking très centré sur l’échange entre usagers et nous avons eu la chance d’y côtoyer des profils très variés : des diplômés d’HEC, des personnes formées en stratégie d’entreprise, en relations presse, en marketing, etc. Nous avons acquis beaucoup lors d’échanges informels ou de formations plus cadrées auprès de ces co-workers !
Une formation en particulier a eu l’effet d’un déclic : la formation en stratégie d’entreprise. En fait, nous sentions que nous tenions quelque chose, mais on ne savait pas où on allait véritablement, ni comment y aller d’ailleurs ! Cette formation nous a permis de nous poser les bonnes questions. Tous ces échanges nous ont appris à ne pas faire de compromis et à assumer nos positions !

Quels sont les retours de vos clients ?
Clémence Pornon – Cybèle : On demande expressément des retours à nos clients sur nos visites en phase test, et comme dit précédemment, ces commentaires nous sont très précieux pour remanier nos projets. Pour les visites déjà rodées, les principales sources de retours clients sont TripAdvisor et notre page Facebook. Les commentaires sont toujours très positifs ! Pour l’une de nos visites, nous avons porté une attention toute particulière aux commentaires de nos visiteurs : la visite historique et coquine de Lyon. C’était un produit très difficile à communiquer car tout le monde a un rapport très subjectif à la sexualité. Ce peut être un sujet tabou pour certains, alors que pour d’autres, il n’y a aucun frein et aucune limite sur cette question ! Pour nous, il a été très difficile de communiquer sur le contenu de cette visite et nous avons passé plus d’un an à scruter les retours de nos clients pour nous assurer que le contenu correspondait bien à ce qu’ils attendaient de la visite.
Nous l’avons fait pour réajuster la communication plus que le produit lui-même !

Quel bilan dressez-vous aujourd’hui de ce projet ? Comment vit votre concept aujourd’hui ?
Clémence Pornon – Cybèle : On a mis longtemps à faire mûrir nos visites et notre concept, mais tout ce temps nous a permis d’aboutir à un produit qui nous convient et nous correspond tout à fait. Nous avons également fait des erreurs, sans doute, mais au risque de sonner bateau, on a appris beaucoup de nos erreurs et c’était quelque part important de les faire !
Pour la suite, nous avons toujours de nouveaux projets de visites ! La question est “Quand est-ce qu’on peut sortir quoi ?”, car créer de nouveaux parcours, de nouvelles histoires, c’est du temps et de l’énergie à chaque fois !
Enfin, nous aimerions développer la formation, pour partager et transmettre ce que nous avons appris. Ce que l’on peut offrir aujourd’hui, c’est 100% d’expérience et de retour terrain – ce qui manque terriblement aux formations universitaires, encore trop axées sur la théorie et déconnectées de la réalité à mon sens… Sans prétendre détenir les clés – car nous sommes nous-mêmes toujours dans l’expérimentation, dans le test – on souhaite pouvoir partager notre parcours, ce que l’on a appris de nos erreurs et ce que l’on a acquis au fur et à mesure de notre pratique du terrain !

En savoir + sur les visites

 

D’autres idées de visites décalées :

0 Commentaire

Poster un commentaire

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contacter
name function