#STRONGTOGETHER

#StrongTogether est le dispositif mis en place par la Région et ses partenaires depuis le 15 mars 2020
pour gérer la crise sanitaire et la relance économique de la filière Tourisme en Grand Est.

Plus d'infos
Publié le

Du tourisme expérientiel
au tourisme transformationnel

Séverine PORTET – ART GRAND EST

15

L’expérience est reine dans tous les domaines et les marketeurs l’ont bien intégré dans leur offre de produits. Le monde du tourisme est encore plus touché puisque le voyage en lui-même est une expérience. La génération millénnials a contribué en profondeur à modifier notre société et notre façon de consommer. Les professionnels institutionnels ou privés l’ont bien compris. Les sites internet touristiques sont remplis d’expériences servies à toutes les sauces. Mais, à trop vouloir enrober toutes les offres de visite ou d’hébergement dans un storytelling aux notes expérientielles pour des produits touristiques qui ne proposent finalement pas de véritables expériences, les professionnels du tourisme sont en train de tuer la poule aux œufs d’or.

Les touristes d’aujourd’hui recherchent une expérience mais une expérience authentique. La qualité des offres doit être privilégiée. De plus en plus, les voyageurs demandent à vivre un séjour qui dépasse l’expérience, un voyage qui les transforme. On arrive ici au sommet de la Customer Experience Pyramid[1] qui devient un idéal dans la théorie de l’expérience client. Les touristes sont de plus en plus souvent en quête de rupture avec leur quotidien et à la recherche de l’amélioration de leur “moi” intérieur. Ces voyages font sortir le visiteur de sa zone de confort, de son quotidien. Il peut être de différentes natures.

Un tourisme transformationnel en quête d’ouverture et d’immersion
Le touriste d’aujourd’hui est de plus en plus à la recherche de découverte de l’autre. Il souhaite explorer des modes de vie et des cultures différentes. Les séjours non préparés, avec nuits chez l’habitant pour une immersion totale dans la culture et dans les modes de vie des locaux se développent de plus en plus. Airbnb l’a bien compris et présente désormais, via ses loueurs d’hébergements, les bonnes adresses de café et restaurants du coin, qui ressemblent à la vie de tous les jours des habitants avec son dernier slogan « Ne visitez pas, vivez là-bas ». Des voyagistes comme Comptoir des voyages proposent par exemple des séjours au Sri Lanka hors des sentiers battus pour regarder les pêcheurs démêler leurs filets sur la plage, rencontrer des cueilleuses de thé travaillant, préparer des offrandes de fleurs avant de visiter le temple de la Dent sacrée, dormir sous une tente-safari dans le parc de Yala. Ces séjours permettent aux voyageurs de prendre du recul sur leurs conditions de vie.

Un tourisme transformationnel en quête de slow, d’éthique et d’éco-volontariat
Au-delà de leur quête de nouveautés et de photos instagrammables, les voyageurs d’aujourd’hui désirent une rupture notamment avec la déconnexion lors de séjour digital detox, mais pas seulement. Toute la tendance des séjours slow tourism, qui ont de plus en plus de succès, en est un témoignage. Les voyageurs ont besoin de renouer avec notre planète, d’en prendre soin et de retrouver l’authenticité, les échanges et les rencontres. Ce sont des séjours qui s’arrêtent sur des lieux qui ne sont pas habituellement visités, des échanges avec les locaux et tout ceci en prenant du temps et en prenant soin de l’environnement.

Les voyageurs sont de plus en plus à la recherche d’éthique et de tourisme durable. 
Certains vont même plus loin en œuvrant à la préservation de la planète durant leurs congés. L’association Wings of the Ocean[2], par exemple, grâce à son magnifique trois mâts, embarque des bénévoles pour des missions de dépollution plastique sur différentes plages pour une durée d’un mois minimum. Une fois les plastiques retirés des océans et des mers, une seconde phase est prévue pour reconditionner ces déchets notamment grâce à des associations comme Plastic Odyssey ou CESTMed. D’autres offres existent autour de séjours dans des chantiers participatifs pour reconstruire l’écosystème écologiques d’un terroir en plaçant des nichoirs pour les chauve-souris dans les vignes, en reconstruisant des haies, en bâtissant une maison écologique avec des matériaux respectueux de l’environnement… Mais les causes écologiques ne sont pas les seules. Les séjours ou actions participatives autour des causes scientifiques se développent. En effet, des sites participatifs comme Zoonoverse et SpaceWarps proposent à chacun d’aider les scientifiques à découvrir de nouvelles galaxies, et aider ainsi la science à avancer.

Un tourisme transformationnel en quête de séjours bien-être et de reconnexion spirituelle
D’autres recherchent des voyages qui impliquent des transformations physiques et intellectuelles. Les séjours bien-être sont en vogue depuis plusieurs mois. Le développement des centres de bien-être, de spa le prouve. Ces offres sont complétées par des offres avec des séjours méditation, séjours yoga ou des séjours jeûne, détox. D’une certaine façon ces séjours représentent un besoin de nettoyage intérieur. Les offres de vacances spirituelles se sont développées depuis plusieurs mois. Certains réservent des cellules dans les monastères, dans les temples japonais, un lit dans les tentes berbères ou dans des bulles pour rechercher l’isolement et un bien-être intérieur. Tous les séjours autour de la méditation, du yoga sont largement en vogue de nos jours pour répondre à un besoin de retour aux sources, de recentrage sur son “moi” intérieur. Une sorte de dépollution qui fait suite à l’afflux massif et presque toxique d’informations, de sollicitations. C’est notamment le cas d’Oasis Voyages[3] qui vend des ruptures spirituelles avec des séances de méditation en plus des visites ou des rites initiatiques en présence de maître dans le domaine. Les séjours trails ou randonnées de dépassement de soi en laissant de côté tout le confort quotidien sont aussi une niche. Cette rupture passe par une reconnexion à la nature en rappelant aux voyageurs la beauté et la fragilité de celle-ci et de celle de l’humanité. Certains voyagistes de luxe, proposent des séjours en Afrique, pour observer, les gorilles en liberté par exemple, mais en en petit groupe et de façon éco-responsable.

Un tourisme transformationnel en quête de lâcher-prise, d’accomplissement et de bonheur…
Certains veulent un voyage avec rien de prévu, un lâcher-prise total, avec un guidage durant leurs vacances par un passionné, un expert,…Le site Vayable[4] propose de partir avec un guide inconnu qui organisera votre séjour en accord avec vos passions et vos affinités. C’est un site de voyages qui permet de vous faire vivre des expériences uniques, avec des guides experts ou passionnés afin de créer des rencontres. De nombreux nouveaux concepts de restaurants proposent des menus à plat unique dans lequel vous avez la surprise du plat que vous mangerez ! Face au sur-choix permanent dans tous les domaines que notre société d’hyper-consommation propose, des offres touristiques sont en train d’éclore pour proposer un recentrage vers le choix unique. Le stress du choix mais aussi de la frustration sont évacués avec ce type d’offre touristique. Le voyage est par essence source de réenchantement mais certains veulent aller plus loin notamment en vivant leur rêve ou en s’accomplissant dans des activités créatives durant quelques jours, quelques heures. Le développement d’offres du type vendangeur d’un jour dans nos vignobles, de maître verrier d’un jour, ou encore chef d’un jour, brasseur d’un jour, stage de confection de croissants à Paris, stage de Flamenco à Séville…démontre la croissance de ce type de demandes. Les touristes se sentent transformés puisqu’ils ont accompli l’un de leur rêve ou se sont épanouis dans une activité créative.
Un complexe hôtelier au Bhoutan, Six Senses, propose aux touristes un parcours bien-être s’appuyant sur les 5 piliers de l’index du bonheur national brut du Bhoutan. La promesse est merveilleuse : le bonheur en 5 étapes ! Mais cette tendance qui se développe depuis plusieurs mois existait depuis très longtemps. Les passages initiatiques, les pèlerinages, le Grand Tour, … sont ou ont été une forme de voyage amenant vers une transformation de la personne.  La nouveauté porte surtout sur le développement de son offre tant en quantité qu’en typicité. Plusieurs voyagistes se sont spécialisés uniquement sur ce type de séjours. Néanmoins, cette nouvelle tendance qui se développe en termes de besoin de rupture, de transformation, d’amélioration de soi interroge sur notre société de la performance dans laquelle même les vacances doivent servir à s’améliorer personnellement. Selon Joe Pine, auteur de The Experience Economy, ce phénomène est un virage. Nous allons vers une nouvelle génération de produits touristiques.

Ce nouveau type de tourisme transformationnel pourrait devenir une solution au sur-tourisme que nous observons sur certaines destinations. Un tourisme plus éthique, plus responsable, plus collaboratif,… davantage en accord avec l’humanité et notre responsabilité par rapport à la préservation de la planète. Car finalement, le tourisme transformationnel qui passe par l’épanouissement personnel et l’amélioration de son “moi” intérieur ne constituerait-il pas le stade ultime du luxe ?

Sources :
[1] A la veille de l’an 2000 et de son bug qui n’aura pas lieu, Joseph Pine et James Gilmore décrivaient leur théorie de l’économie d’expérience dans un livre devenu best seller : « The Experience Economy » (1999).
[2] Détection de Soon Soon Soon, média décalé et audicieux
[3] http://www.oasis-voyages.com/ Oasis voyages, expériences en conscience
[4] L’obs rue89 « Vayable, le site qui fait de vous un guide (ou un touriste) unique »

0 Commentaire

Poster un commentaire

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contacter
name function