#STRONGTOGETHER

#StrongTogether est le dispositif mis en place par la Région et ses partenaires depuis le 15 mars 2020
pour gérer la crise sanitaire et la relance économique de la filière Tourisme en Grand Est.

Plus d'infos
Publié le

Le décloisonnement des lieux :
culture et tourisme vert

Interview

Pascal Yonet – Vent des Forêts

16

Bonjour Pascal, vous dirigez Vent des Forêts, pouvez-vous, en quelques mots, nous en expliquer le concept ?
L’aventure Vent des Forêts se poursuit depuis 22 ans, elle consiste à inviter des artistes en résidence de création au cœur de la Meuse, un territoire rural, en lien avec tout un réseau d’artisans, d’entreprises, de familles, de bénévoles. Les œuvres sont créées localement, dans des granges, des ateliers, dans les bois… Elles trouvent ensuite leur place au sein d’un massif forestier de 5000 hectares, librement accessible, balisé et ouvert à tous. Le projet artistique met en valeur la campagne meusienne et ses paysages peu connus, avec plus de cent œuvres d’art visibles !

Comment est née l’idée ? Quelle est l’origine du projet ?
Le projet est né en 1997, suite à la rencontre entre Michel Coyen, maire de Lahaymeix (55) et François Davin, un artiste aventurier. Le choix du village en lui-même est insolite, car éloigné des axes principaux et situé au creux d’un vallon entouré de champs et de bois. Si on était dans un album d’Astérix, on parlerait du « village d’irréductibles gaulois » !

Pouvez-vous nous dire en quoi votre structure se différencie des autres ? 
Vent des Forêts propose une promenade unique entre art et nature, ce n’est pas un simple lieu d’exposition, mais un lieu qui invite le visiteur à la découverte des œuvres d‘art, le temps d’une marche dans un cadre enchanteur. Le travail des artistes permet de tisser des liens très forts avec la population, d’autant plus si l’œuvre réalisée utilise des matériaux et savoir-faire présents dans les villages : maître-verrier, chaudronnier, menuisier, tailleur de pierre, agriculteur, boulanger… tout le monde est mis à contribution ! Sans oublier que chaque artiste est accueilli et logé chez l’habitant pour des temps de créations pouvant dépasser un mois. Les œuvres réalisées sont bien entendu aussi le résultat de ces rencontres et amitiés. Cette alchimie très particulière permet à l’artiste de prendre le temps de développer son travail, de réaliser une œuvre inédite et sur mesure.

Comment avez-vous fait pour construire ce projet ? Quels partenaires avez-vous mobilisés ? 
Nous sommes une équipe de 6 salariés, mon travail consiste à développer les missions de l’association dans le champ culturel, touristique, pédagogique et artistique, dont le choix annuel des artistes qui sont invités en résidence de création. Je ne suis pas à l’origine du projet Vent des Forêts, mais j’ai à cœur de conforter ce qui a été entrepris depuis 1997 en accompagnant l’évolution des missions de l’association en résonance avec notre époque.
Ce projet culturel croise de multiples sujets : l’histoire, le patrimoine, l’éducation, l’écologie, l’économie, le tourisme…  Ce qui nécessite d’être à l’écoute des enjeux, des besoins et des mutations.
Chaque projet d’artiste fédère au cas par cas un ensemble de partenaires : artisans, entreprises, lycées techniques… aux savoir-faire précis comme la fonderie, le verre, la menuiserie, la taille de pierre…
Je pense que les partenaires qui nous apportent leurs soutiens depuis plusieurs années sont sensibles à nos valeurs, notre expertise et à la dynamique culturelle et touristique que nous portons, dynamique en perpétuel renouvellement.
Les partenaires avec qui nous partageons ce travail sont l’Education nationale, la Communauté de Communes de l’Aire à l’Argonne, le département de la Meuse, la région Grand Est et le Ministère de la Culture, les villages de Vent des Forêts, l’ONF…

Quels sont les retours de vos visiteurs ? Quelle plus-value en tirez-vous ?
Quelle que soit la provenance des visiteurs, de France, de Belgique, des Pays-Bas… les retours sont toujours à peu près semblables : Vent des Forêts procure de véritables moments de plaisirs et d’étonnements, une bouffée d’air pure pour toutes les générations. C’est pour les promeneurs une réelle aventure dans les bois avec plus d’une centaine d’œuvres insolites à découvrir ! En 2019, nous avons constaté une hausse de la fréquentation des jeunes, les valeurs que nous portons font aussi sens auprès de ce public, l’art et l’écologie de demain sont entre leurs mains…

Quel bilan dressez-vous aujourd’hui de ce projet ? Comment vit-il aujourd’hui ? 
Aujourd’hui, Vent des Forêts est toujours en pleine dynamique de projets. Son principal succès repose sur le fait qu’il propose un loisir vertueux, qui met en valeur l’environnement et l’art d’aujourd’hui. Le centre de la Meuse est un territoire préservé, tant par sa nature que son architecture, et c’est la volonté de Vent des Forêts que de maintenir et de renforcer cette préservation dans un esprit innovant, en ce sens il reste beaucoup à faire pour bâtir le patrimoine de demain.

En savoir plus

0 Commentaire

Poster un commentaire

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contacter
name function